jeudi, juillet 7L'information d'un bout à l'autre

Banditisme et criminalité : Frantz Elbé, 7 mois dans l’année 1 de Martissant

À son installation le 22 octobre 2021, le Directeur général a.i de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Frantz Elbé, avait promis de mettre en déroute, dans un délai limité, les gangs armés qui opèrent dans la partie Sud de Port-au-Prince. Le 1er juin prochain ramène l’an 1 depuis que les criminels dirigés par « Izo » et « Ti Lapli » assassinent des passants, kidnappent des citoyens, détournent des convois de marchandises, dans l’insouciance quasi totale de l’administration policière actuelle.

Le 9 mai dernier, lors d’une conférence-bilan, à la Direction générale de la PNH, le commandant en chef de l’institution policière, Frantz Elbé, s’est réjoui d’avoir pu conduire des réformes au sein de la PNH. Il a fait état de plusieurs opérations conduites pour mettre en échec les gangs dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince. Des chiffres parlants caractéristiques d’une institution policière affaiblie qui galère à reprendre la main dans un contexte sécuritaire dominé par l’explosion des cas d’assassinat, de kidnapping entre autres. 94 Bandits mortellement blessés, 4998 arrestations effectuées, 234 armes à feu saisies figurent parmi les accomplissements de son administration, s’est-il félicité.

Par ailleurs, le défi lié à l’inaccessibilité de la route nationale numéro 2 reste entier. Depuis bientôt un an, les usagers de ce tronçon prennent leur mal en patience, risquent leur vie dans l’espoir qu’un jour la peur changera de camp. L’État haïtien s’avoue vaincu, la société civile avec des mouvements organisés à Port-au-Prince et aux Cayes s’affichent éreintée. Comme un pavé dans la mare, le Directeur général a.i de la PNH, en dépit des alertes, sollicite la patience de la population pour adresser la crise.Il est un fait que 7 mois après avoir pris les commandes de la PNH, Frantz Elbé se fourvoie, tergiverse à dompter les bandits. Le problème de Martissant comme celui des autres quartiers aux prises des civiles armés est connu de tous. Comment un cadre d’une institution aussi sensible peut-il exposer une faiblesse abyssale? Combien de temps faut-il encore aux pratiquants de cette voie pour espérer un retour à la paix?

Le 6 décembre 2021 dernier marquera tristement les annales de l’institution policière. Le Sous-Commissariat de Martissant a été attaqué par des bandits armés, avant d’être incendié. Des policiers affectés dans cette installation de la PNH ont pris la fuite, des matériels policiers sont confisqués par les criminels, en signe d’un triomphe contre l’ordre public. Cet incident prévisible confirme le degré du désaveu de l’État et l’impuissance de l’institution policière à mater les gangs. Aucune intervention pour récupérer le bâtiment n’a été engagé par le haut-commandement de la PNH. L’immeuble déserté, sert désormais d’abri aux cliques armées pour intensifier leur forfait.

Sur la route nationale numéro 2, à hauteur de Martissant, le crime est normalisé. Les bandits défilent, exposent leur arsenal, défient l’autorité de l’État. Pas un jour sans enregistrer un cas de meurtre, un fait de kidnapping, un détournement de camion. Dans ce secteur livré aux mains des gangs, la vie se retrouve banalisée, la mort est minimisée, la faciliter à exécuter des usagers triomphe.La liste de chauffeurs engagés dans le transport public assassinés, de socioprofessionnels exécutés, de citoyens tués est longue. Le syndicaliste Guy Polinice, le professeur Roosevelt Petit-Fa, l’infirmière Marie Lorna Vigile, le policier Michelet Exil sont parmi les sujets broyés par la violence aveugle imposée à Martissant.

Dans l’intervalle, des interrogations sur la volonté réelle du pouvoir de facto à voir la situation s’améliorer s’imposent. À qui profite l’insécurité en Haïti? Le premier ministre Ariel Henry, indifférent au sort des victimes de conflits armés à Croix-des-Bouquets, a-t-il un intérêt à voir l’échec des gangs?

Hervé Noël 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *