dimanche, août 14L'information d'un bout à l'autre

Consultation mystique sur internet : des hougans et mambos faut-il s’en méfier ?

Le sujet peut se révéler banal, mais il est d’une tendance répandue que des individus se réclamant hougans ou prêtresses vaudou offrent des consultations sur Internet. Cependant, des voix avisées appellent à la précaution.

La pratique se répand et semble loin de répondre aux valeurs propres du vaudou, culte ancestral haïtien. Des houngans et mambos exhibent leur pouvoir sur internet et aspirent proposer la solution à tous les problèmes. Ils communiquent des recettes miracles, offrent des consultations, pensent pouvoir déplacer des montagnes. Au-delà des voies coutumières, les consultations en ligne, s’avèrent une stratégie sans contact, bien moins onéreuse, mais délicates. Un simple clic sur le clavier, le candidat se voit obligé de communiquer ses soucis avec un inconnu dans l’espoir de décrocher la lune.

« Cette pratique ne peut en aucun cas remplacer le contact physique courant entre le houngan et le requérant. Le vaudou requiert la présence de l’âme, l’harmonisation des forces naturelles », met en garde l’Ati contesté, Carl-Henry Desmornes, interviewé par le journal La Diaspora.

Un peuple vulnérable est souvent berné par des escrocs qui entendent soutirer de l’argent à ses dépens. Les esprits non avisés sont les plus exposés à ces pratiques de mystification, juge Carl Henry Desmornes. L’autorité spirituelle du vaudou trouve illogique que des gens se soient laissés duper par des balivernes, des absurdités. Les modes opératoires consistent à exiger des solliciteurs des sommes d’argent pour pouvoir combler leurs attentes. « MonCash », « Western union » et d’autres plateformes sont mises en avant pour exploiter les plus naïfs », déplore Carl-Henry Desmornes.

Pour la Reine du Royaume Vodou, Kettia Exantus, le développement des consultations mystiques en ligne est comme une menace pour l’avenir du secteur vaudou. « Loin des pratiques des « Lakou », des péristyles, des temples, tout autre procédé s’avère « sans âme », sans harmonie avec les entités tutélaires. D’où l’obligation de prendre ses distances par rapport à ces charlatans », prévient-elle.

La majorité de ces imposteurs ont eu recours à des pratiques sournoises. Ils font usage d’identité fausse, sans adresse physique viable, sans référence légale, insiste la mambo fraichement désignée à la tête du Royaume Vodou d’Haïti, après l’éviction de Augustin Saint-Cloud.

« Kat je kontre, manti kaba », prêche le houngan Carl Henry Desmornes. La présence physique des corps lors des consultations est primordiale, insiste le chef suprême controversé. 

Sur les réseaux sociaux, la démonstration extravagante de ces acteurs n’est plus à démontrer. Ils détiennent plusieurs comptes, leurs messages inondent la quasi-totalité des conversations. En outre, ils ont une réputation bien établie. Leur connexion redoutable avec des organisations de réputation douteuse met également à mal leur notoriété. D’autres commentaires plus tranchants décèlent des liens questionnables avec des cliques criminelles. « Rien ne peut justifier l’opiniâtreté des voyants et illuminés qui renoncent à des formes traditionnelles qui font la marque et l’essence du vaudou », affirment les deux voix avisées.

Hervé Noël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *