samedi, février 27L'information d'un bout à l'autre

Et si la diaspora haïtienne s’inspirait de l’expérience du Rwanda?

Afin d’inspirer les représentants de la diaspora haïtienne qui participaient au Congrès Constitutionnel organisé par le Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger (MHAVE), les 14, 15, 16 janvier 2021, à Ritz Kinam II (Pétion-Ville), l’ancien Bâtonnier du Val d’Oise (France), Gilles Paruelle, a livré le secret de la relance économique du Rwanda. A la tribune, l’homme de loi est revenu sur le génocide du Rwanda et la participation de la diaspora à la renaissance de ce pays qui, aujourd’hui, en Afrique attire tous les compliments.  

Avocat en France et au Rwanda depuis 20 ans, l’ex-Bâtonnier a mis en évidence quelques similitudes d’ordre géographique et politique que partagent les deux pays. En effet, Haïti et Rwanda ont quasiment la même superficie (27 750 km2, Haïti; 26 338 km2 Rwanda), presque le même nombre d’habitants (12, 988,423 hab. Rwanda; 10, 485,800 hab. Haïti).  Les deux Républiques ont subi des régimes autoritaires. Qui pis est, à l’époque où le Rwanda portait le poids affreux du génocide (1994), Haïti était en proie à des bouleversements politiques, mal assortis d’un embargo économique sévère imposé par l’Organisation des Etats Américains (OEA).

Cependant, 25 ans après, le Rwanda s’est reconstruit totalement, alors que les Haïtiens d’ici et d’ailleurs appellent de leurs vœux un développement qui se fait encore attendre. Si aux yeux du monde entier, statistiques aidant, le Rwanda est considéré comme un ‘’miracle économique’’, il n’en reste pas moins que l’apport de sa diaspora a été et est encore significatif. Un fait qui n’échappe pas à Maître Gilles Paruelle, soulignant que le Rwanda a utilisé son traumatisme, son génocide, la mort de ses milliers d’hommes et de femmes comme tremplin pour se relever. Après le génocide, ce pays en Afrique de l’Est n’avait plus rien. Infrastructures, administration publique, métier d’avocat…, ce fut l’ère des ténèbres. N’était-ce les efforts des Rwandais de l’extérieur, le pays serait encore dans la crasse.  L’homme de loi a évoqué ces faits afin, a-t-il dit, d’attirer l’attention de tout un chacun sur les possibilités qui s’offrent à nous quand nous sommes en difficulté.

Se basant sur les données économiques disponibles, surtout la belle part de la diaspora haïtienne, l’ancien Bâtonnier a conseillé aux Haïtiens vivant à l’étranger de s’ingénier à faire d’Haïti ‘’le phare de la Caraïbe’’.  Au Rwanda, a-t-il affirmé, pour y parvenir, ils ont procédé à la modification de la Constitution ; ensuite, à l’instauration d’un Exécutif fort. Maître Gilles Paruelle a reconnu, au passage, que le pouvoir actuel a glissé légèrement dans l’autoritarisme. Alors que, parallèlement, l’Etat Rwandais ne cesse de faire des choix économiques reflétant la réalité sociale du pays.

Depuis 1997, la performance économique du Rwanda a dépassé celle d’Haïti en termes de croissance du produit intérieur brut (PIB). Au cours des 20 dernières années, la croissance du PIB rwandais a atteint en moyenne 7,98%, alors que la croissance du PIB haïtien est en moyenne de 1,39%. Hormis ces données techniques, la littérature économique montre que la main invisible est la participation de la diaspora.

Junior Luc 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *