lundi, mai 10L'information d'un bout à l'autre

Ici et ailleurs, consommons de la soupe « Joumou » !

La soupe de giraumon (soup joumou) est historique. Elle s’inscrit dans le vécu du peuple haïtien depuis plus de deux siècles et fait partie du patrimoine culturel immatériel du pays. La soupe « Joumou » est connue en Haïti sous l’appellation de « Soup lendepandans » pour avoir été servie pour la première fois aux esclaves le jour de l’indépendance d’Haïti (1er janvier 1804). Elle est ancrée depuis lors dans l’âme des Haïtiens qui, chaque 1er janvier de l’année, la consomment, la partagent avec leurs proches. Depuis un certain temps, des initiatives sont prises par des citoyens engagés pour la distribuer, dans une ambiance populaire, à ceux qui n’ont pas les moyens d’en préparer. La soupe « lendepandans » est un symbole de liberté et de victoire des esclaves de Saint-Domingue sur le système colonial et esclavagiste. Elle est une marque identitaire singulière.

La portée historique sans égale de la soupe « Joumou » prend de plus en plus une dimension mondiale. Les Haïtiens partout où ils se trouvent sur le globe se font remarquer par la consommation de la soupe « Joumou », même si certains ingrédients leur font défaut. La valeur traditionnelle de la soupe, sa valeur symbolique, ses années d’existence, son héritage, sa consommation à grande échelle en Haïti et sa représentation dans l’imaginaire collectif du peuple haïtien lui confèrent une dimension immatérielle hautement patrimoniale. Et de fait la soupe « Joumou » fait partie du patrimoine immatériel haïtien.

La richesse des éléments patrimoniaux d’Haïti est énorme. Nous avons des patrimoines bâtis, des patrimoines culturels immatériels uniques. Nos contes, nos histoires, le carnaval de Jacmel, le carnaval national, le Rara, le vodou haïtien, nos sites historiques, tous constituent des éléments-clés de notre existence et nous confèrent une identité unique. Donc la soumission de la candidature de la soupe « Joumou » au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’ambassadrice d’Haïti à l’Unesco, Dominique Dupuy le 25 mars 2021, est un moyen sûr d’assurer l’immortalité de la soupe « Joumou » mais aussi de la protéger.

Déjà inscrite en décembre 2020 par le ministre de la Culture, Pradel Henriquez, au Registre national du patrimoine culturel immatériel haïtien, cette candidature officielle de la soupe « Joumou » à l’Unesco est une opportunité singulière pour les Haïtiens de continuer à mettre en valeur ce mets culinaire typiquement haïtien et le rendre mondialement célèbre. Pour une première soumission de notre pays au patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’Unesco, la soupe « Joumou » a reçu l’approbation, le consentement et le support inconditionnel des Haïtiens d’ici et d’ailleurs, selon la diplomate auprès de l’Unesco.

Les techniques de préparation de la soupe « Joumou » sont officiellement protégées. Certains chefs de cuisine avisés et certains chercheurs donnent un ensemble d’ingrédients à utiliser dans la préparation de la soupe « Joumou ». Pour la chercheuse Bayinah Bello, la soupe « lendepandans » ne contient pas de viande. Gaspard Dorélien qui est un passionné d’Art culinaire a mis sur son blog de cuisine, tous les ingrédients, les légumes, les condiments et les tubercules pour la préparation de la soupe « Joumou » :

  • Courge giraumont (indispensable)
  • Viande épicée
  • Thym
  • Céleri
  • Carottes
  • Persil
  • Oignon
  • Piment
  • Poivron
  • Pomme de terre
  • Clous de girofle
  • Coriandre cultivé
  • Vermicelle
  • Macaroni
  • Bananes et autres tubercules
  • Chou
  • Ail
  • Huile
  • Beurre
  • Sel
  • Bouillon cube (à désirer)

Tous ces éléments, selon le cuisinier, participent à la réalisation de la soupe « Joumou ».

La convention de 2003 confère à l’Unesco qui est une institution de l’ONU, la préservation, la sauvegarde et la transmission des patrimoines. Le patrimoine culturel immatériel s’exprime sur une pluralité de formes et l’Unesco a pour obligation de s’assurer de leurs valeurs exceptionnelles et universelles. La soupe « Joumou » est sans conteste un patrimoine culturel immatériel historique pour les Haïtiens. Sa candidature à l’Unesco pour qu’elle fasse partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité peut nous rappeler notre passé de peuple libre et avant-gardiste des libertés individuelles.

Ricot Saintil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *