dimanche, août 14L'information d'un bout à l'autre

Justice pour Jovenel Moïse ! Justice pour une vision éclairée, un rêve prometteur !

7 juillet 2021, le Président de la République Jovenel Moïse a été tragiquement assassiné chez lui, à Pèlerin 5. 7 juillet 2022, un an après, l’enquête judicaire en Haïti piétine. Dans l’état actuel des faits, les plus pessimistes croient, à tort ou à raison, qu’il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à Jovenel Moïse d’obtenir justice. Mais, ceux qui se montrent encore optimistes, sans grand enthousiasme d’ailleurs, croient toujours en une justice haïtienne qui, elle-même, semble ne pas faire grand cas de l’homme, cette créature, dit-on, la plus élevée. Tout compte fait, en Haïti la Justice et la Mort sont deux femmes qui se battent sans arrêt, pour finir par se tourner le dos en ennemies jurées. « Un jour, Jovenel Moïse obtiendra justice », a dit sa veuve, Martine, en cette date lugubre du 7 juillet 2022, rappelant le pire cauchemar de sa vie de femme battante. Oui, un jour ! Pas demain. Pas après demain. Pas dans cinq ou dix ans, mais un jour. Un jour comme le 7 juillet 2021. Un jour, la justice dont la défaite est toujours provisoire triomphera.

En posant l’acte sacrificiel dont on commémore le premier anniversaire, ce jeudi 7 juillet 2022, sous les décombres de la justice et le sifflement des balles, le commando n’a pas seulement tué un Chef d’Etat, un homme. Les mercenaires, comme on s’est habitué à les appeler, ont également assassiné une Vision. Une Vision qui portait en elle-même l’Inclusion. En effet, Jovenel Moïse, aujourd’hui à six pieds sous terre, rêvait de son vivant d’une Haïti où Haïtiens d’ici et Haïtiens d’ailleurs (la Diaspora) jouiraient des mêmes droits civils et politiques. Allusion faite ici au référendum constitutionnel que le 58ème Président de la Première République noire voulait organiser, et pour lequel il s’était fait des ennemis, des ennemis au bras long, des ennemis aux longs couteaux, bref des ennemis armés jusqu’aux dents. Le rêve d’un droit de vote pour la diaspora s’est il éteint ?

Dans cette Haïti rongée par une crise multidimensionnelle et multiforme, où les intérêts personnels ont mis K-O toute idée de vivre-ensemble, il faut impérativement penser à la poursuite du rêve d’Inclusion de Jovenel Moïse. Nous n’irons pas jusqu’à croire que sa Vision a été enterrée avec lui le 23 juillet 2021. Loin s’en faut ! Mais, à l’heure qu’il est, personne ne s’est chargé du lourd fardeau de vouloir réunir sous un même Drapeau, dans une même Charte fondamentale tous les Haïtiens, sans distinction de classe, d’appartenance ou de lieu. La tâche est immense, le manque de bras est criant.

En ce jeudi 7 juillet 2022, date rappelant la tragédie qu’a été la vie d’un homme, d’un humain fait de chair, de sang et d’os, il faut reconnaître une vérité : « Jovenel Moïse a été une partie de la solution aux problèmes d’Haïti, mais les anti-peuple l’ont présenté comme le problème entier ». Où en sommes-nous aujourd’hui après son assassinat ?

Junior Moschino Rémy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *