samedi, septembre 18L'information d'un bout à l'autre

Nouvelle Constitution : un combat à poursuivre !

Avant son assassinat tragique, le président de la République, Jovenel Moïse, s’était assigné de nobles et grandes tâches. L’une d’entre elles : doter le pays d’une nouvelle Constitution qui favorise le développement, tout en bannissant l’exclusion. Le 58ème Chef d’Etat d’Haïti a le mérite d’avoir tenté, de son vivant, un grand coup, puisque le changement de la Charte fondamentale reste et demeure le seul point sur lequel tous les secteurs de la vie nationale ou presque s’accordent. Même si, reconnaissons-le, le hic demeure le modus faciendi.   

Aux commandes de la Première République noire comme seul Chef de l’Exécutif, du moins pour l’instant, l’actuel Premier ministre, Ariel Henry, a donné un signal fort, ce 29 juillet 2021, lequel s’apparente à une ferme volonté de vouloir relever le défi de la continuité de l’Etat. En effet, le Chef du Gouvernement a rencontré, ce jeudi, les membres du Comité Consultatif Indépendant pour l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution. Par cette rencontre, l’occupant de la Primature voulait s’enquérir de l’état d’avancement de ce projet. Comme pour marquer l’importance de la démarche entreprise par feu Jovenel Moïse, le Dr. Ariel Henry précise que l’Avant-projet de la nouvelle Constitution sera objet de débat dans le cadre du « dialogue national » initié avec les différents secteurs. Voilà une bonne nouvelle pour les Haïtiens de la diaspora notamment qui, au fond de leur deuil, s’inquiètent du sort réservé au travail appréciable, mais si quelque peu critiquable, effectué par le CCI.

Aujourd’hui, Jovenel Moïse n’est plus, mais ses louables œuvres, la réforme constitutionnelle initiée en l’occurrence, doivent demeurer vivantes. Il est grand temps de nous départir du complexe de marsouin qui nous pousse à rejeter effrontément les actes dignes d’éloges, à avilir tout objet valable. Nos débats doivent dépasser ‘’une personne’’ pour mieux apprécier son ‘’idée’’. Après l’infamante mise à mort du 58ème Chef d’Etat, Haïti doit poursuivre ses combats, ceux les plus justes. Une Constitution qui prévoit de rétablir des millions d’Haïtiens dans leurs droits civils et politiques, c’est une Constitution qui mérite l’onction de la majorité, la grande majorité.

Dans l’état actuel des choses en Haïti, la perpétuation des belles œuvres doit primer sur la diabolisation ou l’héroïsation d’un homme. Tout compte fait, le changement de la Constitution haïtienne reste et demeure un combat à poursuivre. Voie référendaire ou vote parlementaire, à nous de faire le bon choix.

Junior Moschino Rémy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *