lundi, août 2L'information d'un bout à l'autre

Référendum : le CEP opte pour une large participation, la diaspora en attente de plus d’ouverture

Lundi 31 mai 2021. Aujourd’hui, moins d’un mois nous sépare de la date cruciale retenue pour la tenue du référendum constitutionnel : 27 juin 2021. Du vote référendaire, on en parle partout. Dans la capitale, dans les grandes villes comme dans les zones les plus reculées du pays, le débat est on ne peut plus houleux, les opinions contraires s’entrechoquent. Mais, il faut aussi le reconnaitre : des menaces planent sur l’organisation du référendum constitutionnel. Même s’il ne s’agit pas du Vox populi, disons du chemin emprunté par la majorité, ces voix menaçantes qui se font entendre découlent d’un comportement anti-démocratique et anarchiste qu’il faut prendre très au sérieux. Est-ce pourquoi d’ailleurs, les autorités concernées n’entendent pas lésiner sur les moyens sécuritaires à mettre en place le jour du scrutin. « La Police Nationale d’Haïti et les Commissaires du Gouvernement sont formellement instruits afin de sécuriser le processus et de sévir avec la dernière rigueur contre tout contrevenant et tout fauteur de troubles, quelque soit son appartenance politique ou son statut social », annonce le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Rockfeller Vincent dans un communiqué de presse mis en circulation le vendredi 28 mai 2021.  Aux grands maux les grands remèdes !

Dans l’intervalle, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) met les bouchées doubles. Entre campagne de sensibilisation et mise en place technique, les Conseillers électoraux poursuivent leur mission d’accompagner le peuple haïtien à « choisir son destin » en votant pour ou contre l’avant-projet de la nouvelle Constitution.

Mesures intelligentes  

Pour faciliter une participation citoyenne massive au scrutin du 27 juin 2021, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) autorise à tout citoyen détenteur d’un passeport valide, d’un permis de conduire à jour, de voter. Cette décision est d’autant plus louable qu’elle vient combler un vide qu’allait occasionner le retard accusé dans le processus de production de la Carte d’Identification Nationale (CIN).

Au secours de la diaspora !

Vu l’heure qu’il est, on ne le dira jamais assez : un nombre important d’Haïtiens vivant à l’étranger, en âge de voter, ne sont pas détenteurs de la Carte d’Identification Nationale (CIN). Malheureusement ! Pour pallier ce déficit, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) se doit de trouver un moyen expédient, favorable à la participation massive de la diaspora dont une large majorité ne jure que par l’adoption d’une nouvelle Constitution plus inclusive en Haïti. En ce sens, l’on se demande s’il ne serait pas légitime que les responsables électoraux autorisent aux Haïtiens d’outre-mer, détenteurs d’une pièce d’identification haïtienne valide, à participer au scrutin, voire s’inscrire sur la liste référendaire via leur téléphone portable ou par Internet. Ce serait, croit-on, un premier pas vers le vote électronique, un aspect de la modernité qu’Haïti se doit de s’approprier.

A moins d’un mois de la tenue du référendum, il ne convient plus de laisser du temps au temps. Il faut aller vite et bien !

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *