samedi, septembre 18L'information d'un bout à l'autre

Une Haïtienne fait la promotion du « Pate kòde » aux USA

Il s’agit d’Anne Shermane Gracius Cadet, âgée de 38 ans, mariée et mère d’une fille. Polyglotte, planificatrice d’événements, spécialiste en décoration et cheffe de cuisine, Anne Shermane Gracius Cadet a plusieurs cordes à son arc. Proactive, Mme Cadet a toujours croqué la vie à pleines dents. Pour l’heure, elle promeut la gastronomie haïtienne aux Etats-Unis, plus précisément à Connecticut grâce à son initiative « Pate kòde ».

Anne fait partie de ces gens ayant trébuché sur la route de la vie, mais qui tiennent la tête hors de l’eau. Face à l’adversité, la trentenaire confie avoir toujours gardé son sang-froid. Du coup, elle transforme les épreuves en opportunités. « Je me rappelle être tombée enceinte à l’âge de 20 ans, alors que je devais subir les épreuves terminales. Après la publication des résultats en août 2006, mes parents m’ont exigé de laisser le pays à destination de la République Dominicaine », se remémore la battante. De cette décision, Anne, de son surnom GAS, a commencé à voir le bout du tunnel. Elle assimile ce voyage à une sorte de protection contre les éventuels commérages des habitants de sa zone natale et des fidèles de l’Assemblée de son père. Ce dernier est Pasteur. De Santiago étant et à l’insu de ses parents, GAS a appris l’espagnol, la chimie industrielle, la planification d’évènements, la décoration évènementielle (Event planner, Event Designer). Ayant été quasi abandonnée à Santiago, elle se rappelle avoir enseigné le français dans une école privée afin de gagner sa vie.

En 2012, Anne Shermane quitte la République Dominicaine pour se rendre aux Etats-Unis dans l’intention de passer des vacances. Depuis, elle s’y installe. De là, elle a acquis des connaissances en art culinaire.  Elle se spécialise en « Pate kòde ». À dessein, selon les explications de Mme Cadet, elle entend partager le goût de la gastronomie haïtienne aux étrangers. « Ce souci est né des souvenirs de mon enfance, des moments passés en compagnie d’une marchande de Pate kòde en Haïti », raconte GAS. Toutefois, la cheffe de cuisine informe qu’elle a fait des ajouts aux recettes haïtiennes. À titre d’exemple, elle a ajouté aux farces quelques viandes comme le hareng, la morue, le poulet, les côtes de porc, etc. Ce qui ne change rien à la saveur du « Pate kòde » haïtien.

En fait, deux sortes de « Pate kòde » sont au menu. « Pate kòde night » et « Pate kòde à la carte ». Selon les explications de la spécialiste, « Pate kòde night » est une activité nocturne à travers laquelle la personne paie à l’entrée pour enfin déguster le nombre de pâtés qu’elle désire. Alors que « Pate kòde à la carte » fonctionne comme un service traiteur généralement dans des fêtes privées. « Une fois le client m’appelle,  je me rends chez lui, m’y installe, avec bien entendu les pâtes et farces préparées. A la fête, les invités placent leur commande, et je leur sers le ‘’Pate kòde’’ de leur choix  dans un laps de temps », explique la spécialiste en art culinaire.

Malgré ses multiples casquettes qui pourraient l’aider à mieux gagner sa vie, Mme Cadet préfère jouer sa partition dans la promotion de la gastronomie haïtienne. Comme le disent certains intimes de GAS en commentaires, « entre Anne Shermane et le ‘’Pate kòde’’, c’est tout une histoire d’amour ».  Du haut de ses expériences, Anne Shermane conseille à toutes les filles de ne pas se laisser abattre par les vicissitudes et les soubresauts de la vie. Inspirée de son parcours caractérisé par un début pitoyable, Anne croit que tout le monde peut rebondir. Le tout, c’est de travailler !

Junior Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *