lundi, avril 19L'information d'un bout à l'autre

Economie : la BRH a injecté 47 millions de dollars américains sur le marché de changes

En vue de stabiliser le marché du taux de change, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a déjà injecté 47 des 150 millions de dollars prévus dans le cadre de cette intervention et le gouverneur de l’institution, Jean Baden Dubois, s’en réjouit des résultats obtenus.

Pour tenter de stopper l’hémorragie du taux de change provoquée par la dégringolade de la gourde, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a injecté jusqu’au 24 août dernier 47 millions de dollars américains sur le marché a informé le gouverneur de la BRH au cours d’une conférence de presse

« La BRH pense à stabiliser le taux de change. Pour y arriver, nous avons pris la décision d’injecter 150 millions de dollars. Cette opération a débuté le 10 août derniers. Aujourd’hui, nous avons déjà décaissé pas moins de 47 millions de dollars. Et l’opération continue » a déclaré Jean Baden Dubois, précisant par ailleurs que ces opérations s’inscrivent dans le cadre des mesures visant à casser les anticipations négatives.

Ils sont nombreux à être pessimiste et à se poser les questions sur la capacité de la BRH à tenir ses promesses de financement fixé à 150 millions de dollars US. « Nous avons une réserve de 651 millions de dollars américains. Donc, la BRH a assez de moyens. Ceux qui croient qu’ils peuvent se jouer de la BRH sont en train d’errer. Et s’ils persistent dans leur démarche. Ils vont perdre leur argent. Je les ai prévenu » a rassuré le numéro un de la BRH

Le gouverneur veut dissimuler les doutes en donnant des exemples. « Nous avons commencé à intervenir sur le marché des changes le 10 août écoulé. Ce jour-là, le taux de référence était de 121, 17 gourdes pour un dollar et le taux moyen d’acquisition (TMA) était de 123,39 gourdes pour un dollar. Aujourd’hui, le taux de référence est de 118,76 gourdes et le TMA se chiffre à 119,63 gourdes », se réjouit-il

Par le passé la BRH a déjà pris de pareille décision. Malheureusement la montagne n’a accouché qu’une petite souris.

La déstabilisation effrénée du marché de change poursuit sa course. Mais, la BRH n’abandonne pas cette rude bataille qui semble perdue d’avance. Parce qu’on dit souvent : les mêmes causes produisent les mêmes effets dans les mêmes circonstances.

Jodel Alcidor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *