lundi, avril 19L'information d'un bout à l'autre

La revalorisation de la gourde est un résultat d’une bataille politique, selon Moïse Jean-Charles

La gourde refait timidement sa santé. Pour l’ancien sénateur Moïse Jean-Charles cette revalorisation est le résultat d’une bataille politique. Entre-temps, il accorde un délai de 15 jours aux entrepreneurs locaux pour réviser à la baisse le prix des produits.

La gourde nationale sort, depuis plusieurs jours, sa tête de l’eau : 93 gourdes pour un dollars américain. Le secrétaire général de « Pitit Desalin » Moïse Jean-Charles, n’a pas caché sa satisfaction lors d’une conférence de presse tenue, le mercredi 9 septembre 2020 , en assimilant ce résultat à une longue bataille politique avant de lancer son ultimatum aux entreprises locales.

« C’est une belle victoire pour le peuple. La revalorisation de la gourde par rapport au dollar américain est le résultat d’un ensemble de mouvements que nous avons initié devant les locaux de la Banque centrale et des banques commerciales » se félicite l’ancien maire de la commune de Milot qui promet de continuer sur cette même lancée.

«Ce n’est que le début. Nous allons poursuivre la mobilisation. Car, la mobilisation a porté fruit. Grace à la mobilisation, la Banque de la République d’Haïti s’est ressaisie » a signalé l’ancien conseiller de l’ex président René Garcia Préval qui accorde, par ailleurs, un ultimatum de 15 jours aux entreprises locales pour baisser le prix des produits.

Des conseils

Pour que la gourde soit définitivement stable, l’ex élu du département du Nord lance un appel aux autorités compétentes tout en leur prodiguant des conseils. Faire de la production nationale une vraie priorité, réviser à la baisse le prix des produits de première nécessité, payer les employés des factories au taux du jour sont, entre autres, quelques conseils de l’ancien sénateur.

Une revalorisation provisoire ou définitive ?
Pour endiguer la descente en enfer de la gourde nationale, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a pris la décision d’injecter une enveloppe de 150 millions de dollars sur le marché de change. Pour l’heure, seulement 47 des 150 millions ont été injectés. Et depuis, nous assistons à une revalorisation de la monnaie nationale.

Cependant, le doute s’installe chez quasiment tous les consommateurs locaux. Cette revalorisation spectaculaire est-elle éphémère ou définitive questionnent-ils ? Difficile de répondre en tout cas par une affirmation, puisque la BRH n’est pas à son premier coup d’essai

Jodel Alcidor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *