lundi, avril 19L'information d'un bout à l'autre

Troisième trimestre 2019-2020: le gouvernement Moïse/Jouthe dépense plus de 4 milliards de gourdes de plus que prévu

Jouthe et son gouvernement dépensent plus de 4 milliards que prévu pour la troisième trimestre de l’exercice fiscal 2019-2020, a révélé la banque de la République d’Haïti (BRH). Au delà des 30 milliards de gourdes disposées pour l’exercice en cours,  le gouvernement a dépensé 34 037,02 MG au 30 juin 2020 contre 28 759,00 MG au 31 mars 2020. La baisse des recettes et la progression des dépenses, ont suscité une augmentation des besoins de financement de l’État auprès de la Banque centrale », lit-on dans le document de politique monétaire de la BRH.

Selon la note de politique monétaire publiée par la banque centrale ce lundi 27 juillet, les dépenses de l’État connaissent une belle progression par rapport à l’exercice précédant. Au cours du troisième trimestre 2019-2020, les taxes et impôts perçus par l’Etat haïtien ont atteint 19 345,65 MG, soit un recul de 12,45% par rapport au deuxième trimestre. Les dépenses, quant à elles, ont affiché une augmentation de 10,41 %, pour 46 923,17 MG », souligne la banque centrale.

De plus, les recettes d’octobre 2019 au 30 juin 2020 ont affiché un montant de 61 071,65 MG, en hausse de 6,44% par rapport à la même période de l’exercice fiscal précédent. Parallèlement, les dépenses cumulées ont totalisé 106 856,62 MG, en progression de 41,06% par rapport à un an auparavant », a rapporté la BRH indiquant que les billets de trésorerie ont un encours qui a atteint 17 337 MG au 30 juin 2020, contre 12 961 MG au 30 mars 2020.

La pandémie Covid-19 bat son plein, l’économie est retardée, a laissé comprendre la note de la BRH. Ainsi aux USA, même durant la période estivale, l’espoir d’une reprise rapide est devenu plus menus alors qu’en Europe, les économies ont affiché une sévère contraction, selon la note de politique monétaire.

Et malgré, les transferts officiels des Haïtiens de l’extérieur ont gardé une relative bonne tenue, a concédé la BRH. Néanmoins, selon les autorités monétaires, cela n’a pas empêché l’accélération de la dépréciation de la gourde dans un contexte d’accroissement des besoins de financement de l’État auprès de la banque centrale. Ainsi, ont-ils fait remarquer, le contexte-ci contraint la BRH à maintenir les mesures adoptées en vue de faire face aux effets de la pandémie tout en jetant les bases d’un encadrement plus efficace du fonctionnement des maisons de transfert et du marché des changes », a mentionné la note.

Les effets négatifs de la pandémie ont également persisté en République dominicaine, portant ainsi les autorités à adopter un plan de soutien sans précédent à l’économie. Sur le plan national, le secteur agricole a été négativement affecté par une pluviométrie à la fois faible et irrégulière, alors que les secteurs secondaire et tertiaire ont continué de subir les effets combinés de la situation sociopolitique incertaine et de la crise sanitaire liée à la Covid-19 », renseigne la note.

Par ailleurs, les bailleurs de fonds qui ont promis leurs supports financiers à Haïti n’ont jusqu’à présent, acquitté à leurs promesses. L’union européenne avait préposé des mesures à l’État haïtien bien avant qu’elle ait annoncé sa volonté de supporter Haïti à faire face à la pandémie.

« Le pays  doit faire ses devoirs pour recevoir l’aide financière de l’Union européenne. « Le respect des droits de l’homme et de la démocratie fait partie de notre ADN », avait lâché ambassadrice de l’Union européenne (UE) en Haïti, Sylvie Tabesse, en réponse à le nouvelliste, interrogeant  sur les exactions et tueries perpétrées par des gangs armés qui se sont fédérés.  Selon le nouvelliste, la diplomate croit qu’Il est important que les enquêtes aient lieu, que les présumés coupables soient jugés et condamnés s’ils sont coupables , a-t-elle répondu au Quotidien le nouvelliste, vendredi 17 juillet 2020.

L’État de droit et des conditions adéquates, l’UE trace les préalables pour faire ses dons à Haïti. À en croire Madame Sylvie Tabesse, diplomate de l’UE en Haïti, seuls les haïtiens pourront régler leurs affaires entre haïtiens. Après vient l’appui budgétaire, a laissé croire l’ambassadrice.

« Les 100 millions de dollars d’appui budgétaire de l’UE à Haïti sont déjà engagés. On a versé des parties mais les deux dernières tranches ont été suspendues. Les 37 millions d’euros qui viennent d’être engagés devront être dépensés », a-t-elle indiqué.

Tant de millions pour mater la covid-19. L’UE, le FMI pour ses 111 millions de dollars et d’autres bailleurs de fonds, sans ne pas oublier les fonds publics, privés et les taxes des citoyens, le gouvernement de Jouthe se roule sur un boulevard bien garni, sans s’inquiéter du demain.

Haïti est rouverte, le confinement est levé et l’état d’urgence sanitaire n’est plus maintenu. Que faire des millions qui y sont destinés ? Quels rapports? Des plus de 4 milliards de gourdes dépensées au surplus, qu’elles retombées rationnelles. Kot kòb koronaviris la?

Kleef Gladstone Dumersaint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *