mercredi, janvier 26L'information d'un bout à l'autre

Assassinat de Jovenel Moïse : cinq mois après, les acteurs et le système se perpétuent

Justice sera-t-elle rendue au Président de la République, Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2021 ? Malheureusement, la question ne se pose presque plus. Cinq (5) mois après, le sujet ne fait plus les grands titres d’actualité. Haïti semble avoir tourné la page, sans pour autant déchirer cette histoire tragique qui hante encore certains esprits… En effet, tant bien que mal l’enquête judiciaire se poursuit ; piétine disent les plus incrédules. En dernière nouvelle : le juge d’instruction Gary Orélien a déjà invité, pour audition, les anciens ministres des Affaires Etrangères et de Cultes, de la Justice et de la Sécurité Publique, respectivement Claude Joseph et Rockfeller Vincent, ainsi que l’ex-Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles. Entre le 13 décembre et le 16 décembre 2021, le magistrat instructeur devrait auditionner plusieurs personnalités.

Alors que l’opposition faisait de lui l’« Obstacle » à écarter, la « Cible » à abattre, le « Mal » à guérir, l’assassinat de Jovenel Moïse n’a rien apporté de bon au pays. De l’encre s’est plutôt ajoutée au tableau déjà sombre. Chaque jour et partout, nous côtoyons l’horreur et le pire. A l’évidence, l’Obstacle, la Cible, le Mal que les opposants au 58ème Chef d’Etat d’Haïti prétendaient combattre demeurent encore en vie. Le « Système » a triomphé, permettant ainsi à certains acteurs d’avoir leur part du « gâteau ». Plus ça change, plus c’est la même chose. Les mêmes acteurs posent et poseront évidemment les mêmes actions.  Ainsi s’effectue la politique en Haïti qui peine encore à trouver sa voie. Visibles ou invisibles, locales ou internationales, des forces entravent la marche de la Première République Noire vers le développement, la croissance et le progrès.

A travers des accords en application ou jetés dans la poubelle, Haïti se cherche et cherche à se défaire d’un « Système » superpuissant et d’acteurs obscurantistes, rétrogrades, réfractaires à tout changement véritable. La route menant au progrès est sinueuse et longue. D’ailleurs, c’est un marathon et non un sprint. Pour combattre les « Forces du mal », Haïti doit compter sur ses fils et filles, d’ici et d’ailleurs. C’est un combat collectif de longue haleine qui nécessite science, intelligence et savoir-faire ; la demi-mesure est interdite. 

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *