lundi, août 2L'information d'un bout à l'autre

Donika Saint-Fleur, l’espoir du tennis de table haïtien

Le tennis de table, activité de loisir et sport olympique depuis 1988, est également connu sous le terme de « ping-pong ». Si cette discipline est l’un des sports les plus populaires du monde, en Haïti elle n’est pas autant pratiquée que football et le Basketball. Toutefois, la Fédération Haïtienne de Tennis de Table (FHTT) se donne la peine, sans relâche, de dénicher les meilleurs talents du pays. Désormais, le nom de Donika Saint-Fleur résonne comme celui qui incarne l’espoir du ping-pong en Haïti.

Âgé de 17 ans, Donika est issu d’un bidonville de haut Turgeau. Dès son adolescence, il est sacré champion national en battant son mentor Ralph Kernisan, et depuis lors, grâce à son talent, il a été pris en charge par la FHTT.

Placé sous tutelle d’un entraîneur compétent, le jeune pongiste haïtien travaille en toute quiétude d’esprit avec tous les équipements appropriés à un professionnel de haut niveau. 

Avec les différents types d’entraînements qu’il reçoit, Donika améliore jour après jour sa qualité technique. Le joueur est doté d’une puissance hors pair, il s’adapte à des situations inhabituelles. Adroit en balles hautes, il joue à différents moments de la trajectoire. Avec ses moyens techniques du moment, il utilise fréquemment le bon coup avec des placements justes. « C’est la qualité de jeu de Donika qui m’a motivé. Il sort carrément du lot, il se démarque de la mêlée », a déclaré Leonel Pomares, Coach de Donika.

Il est à noter que le coût de la préparation des jeunes athlètes pour les compétitions internationales est exorbitant. Fort de ce constat, la Fédération Haïtienne de Tennis de Table lance un appel à l’aide des autorités pour supporter les jeunes bourrés de talent, notamment Donika Saint-Fleur qui a déjà représenté valablement le pays dans des tournois internationaux dès son jeune âge. Du haut de ses 17 ans, il représente l’espoir qui fera flotter le bicolore dans les compétitions internationales comme l’a si bien fait Sylvio Cator.

Jean Kenson Carriès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *