vendredi, octobre 22L'information d'un bout à l'autre

EKIP ‘’Back in the game’’ avec un premier album à tendance diversifiée

En présence d’un parterre de journalistes culturels, le mardi 14 septembre 2021 à l’hôtel El Rancho, la formation musicale EKIP a soumis à l’appréciation de la presse les 15 morceaux constituant son nouvel album : BACK IN THE GAME. Compas, “rabòday”, merengue, bachata, entre autres, cet opus est conçu, semble-t-il, pour contenter tout le monde et son père. A l’évidence, les Ekipmate ont fait un choix très audacieux.

BACK IN THE GAME est la réunion réussie de divers goûts. Optant pour la diversité culturelle, la bande à Shabba a invité plusieurs artistes étrangers et haïtiens à placer leurs notes vocales ou instrumentales à cette œuvre. Citons à titre d’exemple : les Antillaises Lycinais Jean, Sabine Linon dit Stony, ainsi que l’Haïtiano-canadien Barnev Valsaint. Ce dernier accompagnait jadis la star internationale, Céline Dion, dans certains refrains. Du côté haïtien, l’on retrouve Oswald Clerveus, Andy Beats, Tony Mix, Sanders etc.

Avec la participation de ces différents artistes, EKIP veut, à travers ce premier album, conquérir les cœurs de tous les mélomanes, même les plus exigeants. Petite preuve s’il en est besoin, le 14ème morceau, “Fo Dada”, atteindra indubitablement le cœur des amants du ‘’rabòday’’, puisque deux mordus de ce rythme, à savoir Andy Beats et Tony Mix, y ont apporté leurs touches. Même si le sujet est susceptible de susciter, il faut aussi le prévenir, beaucoup de palabres.

De surcroît, le 8ème texte à tendance merengue de l’album, ‘’Margarita’’, convie nos voisins dominicains et latinos à gouter au génie des Ekipmate. Jamesson Vivo Beats, arrangeur de “Je vais te marier« , a apporté une couleur singulière à ce morceau, interprété par D-Perfect et Barnev Valsaint, qui nous transporte au-delà de nos frontières. Selon le Manager du groupe, Junior Moschino Rémy, ce métissage culturel est une stratégie pour projeter le groupe beaucoup plus vers l’extérieur.

Compte tenu de la sensation ensorcelante et enivrante créée par les 15 morceaux de ce tout premier album, on peut s’empresser de dire que la bande à Shabba a gagné le pari tout en lançant un grand défi à ceux qui s’échauffent déjà pour la concurrence.

Junior Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *