lundi, août 2L'information d'un bout à l'autre

Et si l’on disait tous « oui » au référendum constitutionnel ?

Par simple égoïsme ou par esprit de polémique, des voix s’élèvent pour rejeter catégoriquement le référendum constitutionnel prévu le 27 juin 2021, en vue du changement de la Constitution de 1987. Au sein même du parti sous la bannière de laquelle Jovenel Moïse a été élu Président de la République, une profonde dissonance résonne. Sans grands efforts d’analyse, le commun des mortels peut comprendre que ceux qui refusent d’entrer définitivement dans la modernité, par la révision en profondeur d’une Charte obsolète et rétrograde, n’ont qu’une seule aspiration : maintenir le statu quo.

En effet, la machine de dénigrement mise en branle contre l’Avant-projet de la nouvelle Constitution participe d’une politique obscurantiste appliquée depuis plusieurs décennies par des hommes de tout acabit, ennemis acharnés du développement, créateurs de misères et de sous-développement durable. Que l’on ne s’y méprenne pas, certains hommes politiques, voire certains hommes d’affaires se démènent avec conviction, quotidiennement, pour empêcher Haïti de faire un bond vers la création d’une société moderne.

S’il est une vérité sur laquelle tout le pays ou presque s’accorde, c’est que la Constitution de 1987 ne tient plus la route. La loi-mère ne fait plus autorité comme c’était le cas il y a dix ou vingt ans. Dépassée, elle constitue un frein au changement. Des vérités de La Palice que personne n’est censée ignorer. Pourtant, aveuglés par un égoïsme dégradant, des politiciens veulent mettre le bâton dans les roues du chef de l’Etat qui a vite compris que l’heure de la grande révision constitutionnelle a sonné. La guerre acharnée menée contre une nouvelle Constitution qui privilégie le principe d’inclusion met à nu la petitesse d’un petit groupe d’hommes qui s’oppose à tout ce qui est « bon » du moment où l’idée ne vient pas de leur camp. Nous sommes véritablement des hommes spéciaux dans un singulier petit pays spécial !

Par esprit de rabaissement ou de dérision, certains étrangers aiment à présenter Haïti comme « le pays où l’impossible est possible et le possible impossible ». Changeons cette vue à notre avantage en faisant du référendum constitutionnel une « chose possible » alors que certaines forces du mal le croient et travaillent pour qu’il soit impossible.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *