samedi, décembre 10L'information d'un bout à l'autre

Haïti-Crise : Et si la solution était dans les grandes vérités historiques ?

Les temps de crise sont les temps des grandes Vérités historiques. Qui sommes-nous ? Voilà la question à laquelle les Citoyens de l’Haïti meurtrie, désespérée et agonisante, doivent répondre aujourd’hui, hic et nunc. Au milieu de cette crise multidimensionnelle et multiforme à laquelle Haïti est confrontée, où pseudo-faiseurs de miracles et faux prophètes sortent toutes sortes de propositions à la saveur de poudre perlimpinpin, il revient aux hommes et femmes d’élites de dire ou de redire les Vérités de l’histoire de la République pour éclairer le peuple et lui montrer le chemin.

Dans cette abîme sans fond où chaque Haïtien se débat sous l’impulsion d’un individualisme inhumain et cruel, il est bon de se souvenir d’où nous venons, de qui nous sommes, de ce que nous avons fait hier, pour prendre conscience de ce que nous pouvons faire ou refaire aujourd’hui. En tout premier lieu, rappelons-nous qu’Haïti est : « La première et la seule colonie d’esclaves à avoir créé un Etat politiquement indépendant et la première République libre du monde édifiée par d’anciens esclaves noirs issus de la traite négrière ». Voilà une vérité historique majeure qu’il convient, aujourd’hui, de mentionner dans nos discours et nos débats publics, d’introduire dans nos chansons, de répéter à nos enfants et à nous-mêmes. Cette marque profonde laissée à l’Histoire n’est pas le fait du hasard. C’est le résultat implacable d’une communion des volontés éclairées et guidées par un seul but : la Liberté.

Cette première vérité, dite avec conviction, suffit à elle seule à réveiller à la fois les consciences endormies et à ramener à la raison fraternelle les Cavaliers solitaires et les égoïstes forcenés. Mais, pour briser la force têtue de l’oubli qui, sous l’horrible poids du temps, finit toujours par transformer les hommes en bêtes pour eux-mêmes et pour les autres, soulignons vigoureusement que : « La Révolution de 1804 a fait d’Haïti un champion remarquable des luttes anti-esclavagistes, anticolonialistes et antiracistes, véritables valeurs universelles ». Appuyée sur cette vérité, l’Haïti meurtrie, désespérée et agonisante d’aujourd’hui ne peut mourir. Bien au contraire ! Ses racines sont encore et toujours profondes et nombreuses.

Pour tout dire, notre force n’est pas dans la division contre nous-mêmes. Notre République n’avait pas été édifiée sur la haine du frère-proche ou de l’Autre. C’est l’Union des Noirs et des Mulâtres qui avait rendu possible Vertières, et c’est Vertières qui nous avait permis de voir, ensemble, le bout du tunnel de l’horreur, posant ainsi le principe de l’égalité des races et de la liberté universelle. Du chaos d’aujourd’hui, nous pouvons sortir Haïti et réaliser, cette fois-ci, ensemble, le développement économique, renforcer les institutions par la pratique vraie de la démocratie. Mais comment ? La politique d’un pays est, dit-on, inscrite dans sa géographie. Sa force pour résorber les crises, dirons-nous, se trouve dans les Vérités de son histoire. Tout est au-dedans !

(Texte inachevé)

GeorGes « Castiba » Allen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *