mercredi, février 1L'information d'un bout à l'autre

Haïti, le football et la fièvre du mondial !

Comme tous les quatre ans, du 21 novembre 2022 au 18 décembre 2022, à l’occasion de la Coupe du Monde, la politique, l’économie, les manifestations anti- gouvernementales et d’autres questions mondiales sont reléguées au second plan. Tout est reporté par la frénésie provoquée par cette compétition footballistique de grande envergure, qui se joue pour la première fois en hiver. Ce sera la dernière Coupe du Monde avec seulement trente-deux (32) équipes, puisqu’à partir de 2026 quarante-huit (48) pays y participeront.

En Haïti, en particulier parmi les jeunes et les personnes de la classe moyenne et supérieure, le football, sport roi, a de nombreux fans. Malheureusement, le football haïtien est sur le point de disparaître, même s’il faut garder à l’esprit les belles performances de sélection nationale des amputés, lors de la dernière Coupe du Monde de cette catégorie qui s’est déroulée en Turquie cette année. Le Qatar (hôte de l’événement) est un pays arabe qui n’a ni arbres ni montagnes, avec une population de 250 000 Qataris et 3,5 millions d’étrangers, principalement des hommes, puisque seulement 24% (un sur quatre) sont des femmes, selon les dernières statistiques officielles. Il est installé sur une immense richesse de pétrole et de gaz naturel qui en font l’un des pays les plus riches du monde.

Le choix du pays hôte a été tempéré par des allégations de corruption parmi les dirigeants de la Fédération mondiale de football (FIFA). On se souviendra de l’événement comme le plus cher de l’histoire de la Coupe du Monde, avec un investissement de plus de 220 milliards de dollars, nécessaire à l’organisation somptueuse et à la construction d’infrastructures, en particulier des stades géants qui, après l’événement, seront vides et inopérants. Le football mondial traditionnellement sexiste et homophobe a également subi des changements : ligues féminines, femmes arbitres à la Coupe du Monde… Les commentatrices affluent à la télévision. Bien qu’il ait été demandé aux femmes participant à l’événement de ne pas porter de pantalons ou de minijupes, il convient de noter que les Qatariennes peuvent se passer du voile et obtenir un permis de conduire. La politique anti-LGBT du pays est contestée par les joueurs et les représentants qui accrochent un bracelet aux couleurs et à l’inscription « One love ».

Haïti a participé à une phase finale de la Coupe du Monde depuis 1974. Des générations s’en vont et s’en viennent sans réaliser un exploit similaire. On dirait qu’on est condamné à marcher à reculons. Espérons qu’il y aura des investissements dans le sport. On peut citer l’exemple du pays voisin, la République dominicaine qui, en 2023, participera pour la première fois à une Coupe du Monde dans la catégorie U-18. Bref, nous espérons que dans un avenir pas trop lointain, nous serons parmi les pays qui participent directement à cette grande fête mondiale.

Yves Manuel                                                                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *