lundi, août 2L'information d'un bout à l'autre

Joseph Mécène Jean-Louis, « voix discordante » de l’opposition

En théorie comme en pratique, dans les gestes comme dans les faits, un seul mot résume l’opposition politique haïtienne : RADICALISATION. Ce terme trouve non seulement en l’opposant son incarnation la plus parfaite, il démontre également que les mots-fondateurs : Dialogue, Consensus, ne figurent pas dans le lexique politique des fossoyeurs du pouvoir en place. En tout et pour tout, c’est une opposition intransigeante, sclérosée, obscurantiste et rétrograde qui avait toujours voulu et veut encore « le beurre et l’argent du beurre ». Tout ou rien, voilà son principe !

Ce dimanche 28 mars 2021, un élément semble avoir détraqué l’univers radical parfaitement construit par l’opposition. En effet, dans la symphonie macabre et machiavélique jouée par les farouches opposants au régime en place, une voix dissone fortement. En effet, dans une interview exclusive accordée au journaliste Valerio Saint-Louis, le « Président d’Haïti désigné à titre provisoire et transitionnel », Joseph Mécène Jean-Louis, s’est radicalement démarqué de ceux qu’on pourrait appeler, sans dénigrement, ses « Maîtres », en prêchant l’évangile du Dialogue. Un ton conciliant, un rythme inspirant, un langage fraternel, bref une attitude qui ne cadre pas avec les propos intempestifs et incendiaires qui servent de socle au discours des détracteurs de l’actuel régime.

« Nous sommes tous des Haïtiens, ensemble nous pouvons réaliser ce que tout le monde croit impossible. Ensemble nous pouvons changer l’image du pays… », dixit Joseph Mécène Jean-Louis. Qu’elle soit intrinsèquement sincère ou parfaitement simulée, la narrative de l’ancien juge de la Cour de cassation a coupé court à la logomachie habituelle des opposants spécialistes de la division.

On peut toujours philosopher sur les larmes du juge Mécène, dire qu’elles venaient du cœur ou qu’elles étaient pareilles à celles des crocodiles, qu’importe. Mais, le fait est qu’il a en partie dit ce que les farouches opposants au pouvoir en place n’ont jamais eu le courage de dire : c’est le vivre-ensemble qui sauvera Haïti. Du haut de ses 72 ans, Mécène Jean Louis, au sein même de l’opposition, semble avoir sonné le glas de la radicalisation, tendant ainsi, par ricochet, une main fraternelle aux autorités consacrées.

Même s’il a déjà désacralisé son poste de juge à la plus haute instance judicaire du pays en acceptant de se prêter au petit jeu de dupes de l’opposition, Joseph Mécène Jean-Louis a fait preuve, tant soit peu, d’une certaine lucidité. Prions Dieu pour qu’il retrouve sa raison !

Henry Jean Francique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *