lundi, août 2L'information d'un bout à l'autre

« Légitimité démocratique », gage de souveraineté !

Autonomie, Indépendance, Souveraineté…, ces valeurs qui ont donné naissance à la première République noire ne l’y habitent plus depuis plusieurs années. Dans tous les domaines (politique, économique, social, éducatif, culturel…), Haïti fait figure, hélas,  d’un malade souffrant du trouble de la personnalité dépendante, donc incapable de prendre seul des décisions ou d’endosser ses responsabilités. Même pour poser l’acte le plus légitimement démocratique qui soit, à savoir organiser des élections, Haïti compte malheureusement sur l’aide internationale. Pourtant, la vérité est connue de tous : l’assistanat n’est pas un gage de développement des sociétés.

Jugeant le processus devant conduire au référendum constitutionnel prévu le 27 juin 2021 ‘’insuffisamment transparent et démocratique’’, l’Union Européenne n’entend pas le financer. Faut-il en rire ou en pleurer ? Toute nation démocratique digne de ce nom choisirait la première option. A l’évidence, c’est sur cette voie, celle de la SOUVERAINETE, que l’administration Moïse-Joseph s’engage. Déjà, selon le ministre chargé des questions électorales, Mathias Pierre, une enveloppe d’environ 40 millions de dollars américains est disponible en vue du financement du référendum constitutionnel qui devra avoir lieu dans moins de deux (2) mois. En visite le vendredi 7 mai 2021 aux locaux du CCI, du CEP et de l’ONI, le Premier ministre ad intérim, Claude Joseph, a fait un triomphe aux différents responsables de ces entités, principales actrices de la grande aventure démocratique à laquelle le peuple haïtien est librement convié. En effet, tant du coté du Comité Consultatif Indépendant que du coté du Conseil Electoral Provisoire ou de l’Office National d’Identification, la vitesse de croisière a déjà été atteinte. L’optimisme est au rendez-vous.

Exploit à rééditer

Qui finance commande. Politiques et économistes aiment nous rebattre les oreilles de cette vérité. Aujourd’hui, Haïti se retrouve à un tournant de son histoire où elle est appelée à diriger ses propres pas, à s’auto-guérir du trouble de la personnalité dépendante. Le non-financement du référendum annoncé par l’Union Européenne, pour quelque cause que ce soit, loin d’être une ‘’mauvaise nouvelle’’, est pour nous du ‘’pain bénit’’. On se le rappelle, en 2016 après l’annulation des élections, l’administration provisoire de Jocelerme Privert avait pris sur elle-même d’organiser le scrutin avec un financement 100% haïtien, impliquant la participation de la diaspora. Ainsi dit, ainsi fait ! Haïti a renouvelé son personnel politique sans l’aide financière de la communauté internationale en acceptant d’incarner le principe fondamental de la légitimité démocratique qui implique l’engagement citoyen et la prise réelle de responsabilité de toutes les institutions démocratiques. Comme l’a dit Charles de Gaulle, « Les grands pays le sont parce qu’ils l’ont voulu ». Pour l’avoir déjà fait, Haïti peut renouer avec sa Souveraineté, donc organiser son référendum constitutionnel ainsi que ses élections présidentielles, législatives et locales, sans nécessairement compter les « pays amis ». 217 ans après l’édification de notre République, donnons un sens, un contenu et une valeur à notre Indépendance ! Prenons rendez-vous avec la Souveraineté !

Junior Moschino Rémy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *