mercredi, juin 23L'information d'un bout à l'autre

L’Haïtienne d’origine, Dominique Anglade, revient sur son enfance à travers un roman

« Ce Québec qui m’habite », c’est le titre du livre publié, en mars dernier, par la femme politique, Dominique Anglade, d’origine haïtienne, en collaboration avec son amie Marie Sterlin. À première vue, l’on peut présumer que le titre n’a rien à voir à Haïti, car Québec y figure en grande manchette. Pourtant, l’ouvrage raconte avec franchise ses souvenirs d’enfance, sa jeunesse, ses séjours à l’extérieur du Québec, le tremblement de terre de janvier 2010, de même que ses nombreuses expériences personnelles et professionnelles qui lui ont permis de gravir les échelons jusqu’au sommet du Parti libéral du Québec en 2020.

Née au Québec de parents haïtiens, Dominique Anglade a, sans contredit, un parcours fascinant et inspirant.  À la fois femme politique et femme d’affaires canadienne, elle est actuellement Députée provinciale de la circonscription de Saint-Henri-Sainte-Anne, cheffe du Parti libéral du Québec et cheffe de l’opposition officielle du Québec. Le déclic pour ce livre, selon une déclaration faite par l’auteure dans une interview accordée à l’haïtienne Fabienne Colas sur Instagram, c’est la disparition de ses parents en janvier 2010 lors du séisme destructeur.

« Un jour, l’un des enfants m’a dit : Mère, pourquoi ne pas transmettre les valeurs qui vous ont été inculquées par vos parents? », explique Dominique Anglade. C’est à ce moment-là qu’elle a compris la nécessité de témoigner. Donc, publier un livre pour le bien de la postérité.

« Ma mère me rappelait fréquemment, probablement pour que je ne l’oublie pas, le sort des plus vulnérables. De son côté, mon père m’a toujours dit que je pouvais voir aussi grand que je le voulais et avoir un destin à la mesure de mes rêves. Je sais que c’est entre ces deux visions que j’ai tracé ma voie », se remémore la Députée. Ces genres de conseils, à en croire la fille de Georges et de Mireille Anglade, ont servi de socle à l’élaboration de l’ouvrage.

Comme un collier à son cou, la Députée provinciale de Québec dit garder les conseils de ses parents jusqu’à son poste de cheffe du Parti Libéral de Québec, l’une des structures les plus fortes au Canada. Pour en arriver là, elle dit avoir été obligée de travailler avec rigueur. Surtout dans un monde hautement dominé par des hommes.

Junior Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *