jeudi, octobre 6L'information d'un bout à l'autre

Plaisir sexuel : « Leo Messi » assure le triomphe du mâle haïtien

Le dernier produit qui fait durer le sexe tout en assurant la dominance mâle s’arrache au prix fort en Haïti. Ses utilisateurs chantent la gloire de « Leo Messi » qui garantit la performance sexuelle des jeunes hommes.

Jusqu’ici, le mystère demeure entier à propos des recettes qui complètent la conception de « Leo Messi ». Ce produit aphrodisiaque, tant prisé par des jeunes sexuellement actifs, entend rétablir le bonheur du mâle haïtien, longtemps mis à mal par l’éjaculation précoce. Selon un utilisateur, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, il est d’une tendance prononcée chez les jeunes filles haïtiennes de comparer la performance sexuelle d’un mâle par la durée à accomplir l’acte sexuel.

« Léo Messi », présenté en flacon, est vulgarisé par certains de ses utilisateurs qui l’utilisent avant les rapports sexuels. Il est considéré comme une potion magique à procurer du plaisir et affirmer le pouvoir sexuel du partenaire mâle. L’objectif poursuivi par les jeunes adeptes de « Leo Messi » est de faciliter l’orgasme et jouir du désir sexuel.  

Le mode d’emploi de « Leo Messi » se fait avant l’acte sexuel, témoignent certains utilisateurs. Il suffit d’humecter la verge du pénis du produit en espérant des effets pour le moins surprenants. Au bout d’une heure, le pénis sera totalement anesthésié afin de mieux doper l’acte sexuel. Il arrive que la jouissance du rapport sexuel dépasse les deux heures d’horloge et peut dépendre du dosage du produit.

Fin du règne « Sòs pwa » ?

En Haïti, le débat sur l’impotence sexuelle reste ouvert. Dans les salons comme les espaces universitaires, le sujet n’est plus tabou. Pour des jeunes filles, la survie d’une relation amoureuse se mesure aux prouesses du mâle au lit lors du coït. L’émission prématurée du sperme est à bannir et des jeunes se voient condamner à se surpasser pour faire jouir la partenaire. Dans cette perspective, le recours à des stimulants pour booster la libido s’impose. Le « Sòs pwa » a longtemps dominé et semble avoir fait son temps. Cette potion aphrodisiaque, dans un temps, dictait sa loi en raison de ses résultats. Un utilisateur souligne des exploits au-delà de deux heures d’horloge. Cependant, la contrefaçon et les stéréotypes entourant son utilisation ont tendance à reléguer le « Sòs pwa ». 

Des paramètres sociaux mis en débat

Plusieurs facteurs sont évoqués pour expliquer le phénomène de l’utilisation d’excitant sexuel. Le stress, le régime alimentaire, l’environnement socioéconomique, le chômage et d’autres causes expliquent l’impuissance sexuelle chez les jeunes. Un médecin, sous couvert de l’anonymat, met en cause le développement des maladies chroniques chez les jeunes qui établit l’ascension des cas d’impotence sexuelle courante. Des jeunes immunodépressifs, des hypertendus, des actifs souffrant de maladies cardiovasculaires se classent parmi les plus fragiles, selon l’expert.

Hervé Noël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *