lundi, avril 19L'information d'un bout à l'autre

Culture

Sorbonne-Concours d’éloquence : L’étudiante haïtienne Rose Lumane Saint-Jean en lice pour la finale

Sorbonne-Concours d’éloquence : L’étudiante haïtienne Rose Lumane Saint-Jean en lice pour la finale

Actualités, Culture, Vue sur la Diaspora
Comme prévue, la demi-finale du concours d’éloquence organisé en France, à la Sorbonne, a eu lieu le mercredi 14 Avril 2021. La pépite haïtienne, Rose Lumane Saint-Jean, file tout droit vers la grande finale prévue le 25 mai prochain. En effet, la route a été longue. Tête altière, poing serré, la native du Cap-Haïtien s’est distinguée à ce concours d’éloquence. Après avoir devancé près de 300 candidats, la grenadière a défendu, à la phase de demi-finale, l'affirmative de la résolution : « Faut-il faire passer les copains d'abord? ». Elle a donc laissé comprendre que : « Le copain, c'est celui à l'égard duquel nous devons agir avec bienveillance ». Grâce à une vidéo rendue publique par les membres organisateurs sur la page face
La Fondation Lucienne Deschamps met le cap sur la 46ème  édition du Prix littéraire Henri Deschamps

La Fondation Lucienne Deschamps met le cap sur la 46ème édition du Prix littéraire Henri Deschamps

Actualités, Culture
La 46e édition du Prix littéraire Henri Deschamps est lancée. La nouvelle a été annoncée par la Fondation Lucienne Deschamps, responsable de ce prix prestigieux et les membres du jury. Ce prix littéraire couronne chaque année une œuvre écrite en français et/ou en créole sur un thème de la littérature de fiction qui englobe : le roman, la poésie, l’essai de fiction, le conte, la nouvelle, la critique littéraire et le théâtre. Il peut également récompenser une œuvre à caractère historique. Crée en 1975, en mémoire d’Henri Deschamps, fondateur de l’entreprise Deschamps, le Prix littéraire Deschamps participe depuis, à l’émergence de plusieurs auteurs qu’il facilite à mettre en exergue la richesse de la littérature haïtienne. Le Prix littéraire a pour objectif de promouvoir de faço
COUPE DU MONDE DE SLAM: « C’est avec un sentiment de joie et de stress que je vais représenter mon pays », confie Nervno Fils de Plume

COUPE DU MONDE DE SLAM: « C’est avec un sentiment de joie et de stress que je vais représenter mon pays », confie Nervno Fils de Plume

Actualités, Culture
L’incontournable rendez-vous des amoureux de beaux mots se déroulera officiellement du 10 au 16 mai, cette année à Paris. Ce tournoi organisé en France permet  aux poètes du monde entier d'oraliser leur poésie devant le public. Pour sa première participation à la compétition, Haïti sera représentée par Nervno Fils de Plume. En effet, dans des propos recueillis par le Journal la Diaspora, le slameur haïtien lance un appel à l'aide d'une manière ou d'une autre afin d'assurer pleinement sa participation à ce festival. Depuis 18 ans, lecteurs, orateurs et auditeurs sont conviés à prendre part à la coupe du monde de Slam de Poésie. Cette année encore, l'événement planétaire réunira  près de 18 slameurs venus des quatres coins du monde dont Haïti, présente pour la première
Album Option : « Il était temps d’amener mon public dans mon univers musical », confie Oswald

Album Option : « Il était temps d’amener mon public dans mon univers musical », confie Oswald

Actualités, Culture
Oswald Band sort son album ce 9 avril 2021. Quelques jours avant, le journal La Diaspora s'est entretenu avec l'artiste franco-haïtien au sujet de cet album baptisé « Option ».   Journal la Diaspora : Qui est Oswald? Oswald C. : Mon nom complet est Oswald Clerveus. Né à St Martin de parents haïtiens. Dès l'âge de 9 ans, j'ai développé un amour pour la musique. Mon père était DJ, donc j'ai été influencé par une variété de genres musicaux.   Journal la Diaspora: Chaque artiste a une histoire avec l'art, comment et quand a commencé la vôtre? Oswald C. : La première fois que j'ai eu l'opportunité de chanter devant une foule, j'avais 12 ans.  Au cours de cette année, j'ai perdu mes deux parents et la musique a été la seule chose qui m'a ai
Anne Louise Mésadieu et Dany Lafferrière rendent hommage à Tony Bloncourt, jeune franco-haïtien mort pour la France

Anne Louise Mésadieu et Dany Lafferrière rendent hommage à Tony Bloncourt, jeune franco-haïtien mort pour la France

Actualités, Culture
À l'initiative de la Conseillère Régionale d’Île de France, Anne Louise Mésadieu, une cérémonie d'hommage a été organisée, le mardi 9 mars dernier, à Suresnes, à l’occasion du 79ème anniversaire de l'exécution de Tony Bloncourt. Âgé de 21 ans en 1942, ce jeune franco-haïtien originaire de Jacmel, a été fusillé par les nazis pour s’être engagé dans la résistance lors de l’occupation allemande.Contactée par le Journal La Diaspora, la Conseillère Régionale d’Île de France, également maire adjointe à Chaville, a expliqué que l’idée d’honorer ce martyr est née en juin 2018 au Mont Valérien, alors qu’elle accompagnait des enfants venus d’Haïti dans le cadre d’un projet Foot-Citoyenneté. C’est à ce moment qu’elle s'est rendu compte que l’histoire de Tony Bloncourt, ce jeune franco- haïtien m
Michèle Duvivier Pierre-Louis aux commandes du Centre d’Art

Michèle Duvivier Pierre-Louis aux commandes du Centre d’Art

Actualités, Culture
Michèle Duvivier Pierre-Louis, ancienne Première ministre haïtienne, a pris les rênes du Centre d’Art à l’issue d’une réunion exceptionnelle organisée par le Conseil d’administration le 19 février 2021. Institution pionnière dans la promotion et la création artistique en Haïti, le Centre d’Art avec l’élection de madame Michèle Duvivier Pierre-Louis comme présidente s’inscrit dans une logique de continuité et va pouvoir compter sur l’expérience et la compétence d’une passionnée de culture. Doté d’une légitimité particulière pour sa reconnaissance d’utilité publique, le Centre d’Art est un espace de conservation et de protection d’œuvres artistiques. Le Centre d’Art a participé dans l’émergence de plusieurs générations d’artistes plasticiens renommés. C’est un lieu de référence p
Culture : Siromiel plaide pour une solidarité féminine

Culture : Siromiel plaide pour une solidarité féminine

Culture
À l'occasion du 8 mars, date marquant la journée internationale des droits de la femme, le journal La diaspora est allé à la rencontre de la formation musicale entièrement féminine, Siromiel. D’entrée de jeu, la porte-parole du groupe enjoint toutes les femmes d'Haïti en général et celles de l'industrie musicale en particulier à s'unir pour une meilleure représentation féminine. Créée en 2018, cette formation musicale entend valoriser la gent féminine et, par ricochet, dénoncer les stéréotypes. Composée de huit (8) femmes dont trois (3) chanteuses, Siromiel est de tendance Compas, de la musique du monde, pimenté de rythme caribéen. Célébrée depuis 1917, la journée internationale des droits de la femme sert toujours de prétexte à de nombreuses femmes du monde entier pour
L’Haïtienne Lydia Antoine, « promotrice forcenée » de la diversité culturelle en Europe

L’Haïtienne Lydia Antoine, « promotrice forcenée » de la diversité culturelle en Europe

Actualités, Culture
Lydia Antoine a plusieurs cordes à son arc.  A la fois animatrice, présentatrice d’émissions, entrepreneure, Fondatrice-Présidente et Directrice de la Radio Passion Culturelle (RPC) en France, la jeune femme fait de la promotion de la diversité culturelle au pays d’Emmanuel Macron, particulièrement auprès de la communauté haïtienne, sa plus grande ambition. La pépite haïtienne qui a quitté sa terre natale depuis à l’âge de 3 ans pour rejoindre ses parents en France, a reçu des formations en Esthétique et Cosmétologie dans une école privée à Paris, et en journalisme. De plus, elle est titulaire d’un bac + 2, BTS et diplômée en Banque et Assurance. Dotée d’un esprit de créativité, Madame Antoine a fondé, il y a 4 ans, la Radio Passion Culturelle, en France. Cette stat
Rose Pascale Durosier : « Je danse, donc je suis »

Rose Pascale Durosier : « Je danse, donc je suis »

Actualités, Culture
Ingénieure de formation, Rose Pascale Durosier a une formation également en ballet classique de l’Académie de danse Régine Montrosier Trouillot. Alors qu’elle effectue des études à Montréal, Rose Pascale développe un amour pour les danses traditionnelles haïtiennes. C’est ainsi qu’en 2002, elle ouvre son académie de danse à Montréal où elle enseigne le folklore et le ballet classique. À son retour en Haïti, la danseuse professionnelle et talentueuse enseigne dans differentes écoles avant d’ouvrir en 2018 une annexe de son académie. Cette fois, les grands bénéficiaires sont adultes passionnés du sixième art. Par son style unique, Rose Pascale rassemble des danseurs de tout âge et dispense des cours via Zoom. Selon elle, « ce n’est pas la COVID-19 qui doit mener la da
Léogâne vibre au rythme du Rara

Léogâne vibre au rythme du Rara

Actualités, Culture
Fini le Carnaval, place au ‘’Rara’’. Chaque année, à Léogâne, le jeudi qui suit le mercredi des Cendres est la date officielle du lancement de la ‘’saison Rara’’ qui s’étend, traditionnellement, jusqu’au lundi suivant le dimanche de Pâques. Léogâne s’impose depuis des lustres comme la ville-référence par excellence en matière de Rara. Cette commune du département de l’Ouest est communément appelée « Bastion du Rara ». Parallèlement dans l’Artibonite, le Rara est tout aussi important et garde toute son originalité traditionnelle. Déjà, la Cité d’Anacaona est en liesse. La ville qui vibrait depuis la fin de l’année 2020 au rythme des tambours, des trompettes, des tchatchas et bien d’autres instruments avec les répétitions des bandes de Rara, est en fête. « A Léogân