mercredi, juin 23L'information d'un bout à l'autre

Éditorial

Haïti ou la République des gangs. Que faire ?

Haïti ou la République des gangs. Que faire ?

Actualités, Éditorial
Sommes-nous à l’ère des gangs ? Voilà une question que se pose même le citoyen lambda au regard du spectacle de mauvais goût qu’offre Haïti à la face du monde au 21ème siècle. A Port-au-Prince comme dans certaines villes de province, ce sont les bandits armés qui font la loi ; la réalité dépasse de loin les scènes hollywoodiennes. Le chaos est total ! Criminalité et pauvreté se conjuguent au présent et gangrènent le pays dans sa quasi-totalité. Selon des chiffres communiqués par le gouvernement haïtien, le pays compte plus de 200 groupes de gangs actifs et opérationnels. Depuis quelques temps, l’emprise des hommes illégalement armés s’est renforcée, alors que l’Etat peine encore à donner la preuve de l’utilité de son existence. Dans la capitale haïtienne où vivent plus
Référendum : le CEP opte pour une large participation, la diaspora en attente de plus d’ouverture

Référendum : le CEP opte pour une large participation, la diaspora en attente de plus d’ouverture

Actualités, Éditorial
Lundi 31 mai 2021. Aujourd’hui, moins d’un mois nous sépare de la date cruciale retenue pour la tenue du référendum constitutionnel : 27 juin 2021. Du vote référendaire, on en parle partout. Dans la capitale, dans les grandes villes comme dans les zones les plus reculées du pays, le débat est on ne peut plus houleux, les opinions contraires s’entrechoquent. Mais, il faut aussi le reconnaitre : des menaces planent sur l’organisation du référendum constitutionnel. Même s’il ne s’agit pas du Vox populi, disons du chemin emprunté par la majorité, ces voix menaçantes qui se font entendre découlent d’un comportement anti-démocratique et anarchiste qu’il faut prendre très au sérieux. Est-ce pourquoi d’ailleurs, les autorités concernées n’entendent pas lésiner sur les moyens sécurit
Référendum constitutionnel : Imperturbable, le gouvernement avance

Référendum constitutionnel : Imperturbable, le gouvernement avance

Actualités, Éditorial
C’est le sujet de l’actualité. Le référendum constitutionnel prévu le 27 juin 2021 fait la une des journaux depuis quelques temps. La hausse brutale des cas de contamination à la COVID-19 constatée, depuis la détection en Haïti des variants brésilien et anglais, ne met pas fin au débat sur la nécessité de doter la première République noire d’une « Charte fondamentale » digne d’elle-même. Le référendum fait les choux gras de la presse, les directeurs d’opinion s’en raffolent, les citoyens émettent librement leurs points de vue, l’opposition attaque, le gouvernement contre-attaque… Bonne nouvelle pour la démocratie haïtienne ! Avec les avancées majeures enregistrées dans le processus, notamment la mise en circulation officiellement de la deuxième version de l’Avant-projet de Cons
« Légitimité démocratique », gage de souveraineté !

« Légitimité démocratique », gage de souveraineté !

Actualités, Éditorial
Autonomie, Indépendance, Souveraineté…, ces valeurs qui ont donné naissance à la première République noire ne l’y habitent plus depuis plusieurs années. Dans tous les domaines (politique, économique, social, éducatif, culturel…), Haïti fait figure, hélas,  d’un malade souffrant du trouble de la personnalité dépendante, donc incapable de prendre seul des décisions ou d’endosser ses responsabilités. Même pour poser l’acte le plus légitimement démocratique qui soit, à savoir organiser des élections, Haïti compte malheureusement sur l’aide internationale. Pourtant, la vérité est connue de tous : l’assistanat n’est pas un gage de développement des sociétés. Jugeant le processus devant conduire au référendum constitutionnel prévu le 27 juin 2021 ‘’insuffisamment transparent
Ensemble pour un « Gouvernement d’Union Nationale » !

Ensemble pour un « Gouvernement d’Union Nationale » !

Actualités, Éditorial
Mettre en place un « Gouvernement d’union nationale », voilà l’une des priorités de l’administration Moïse-Joseph. Suite à la démission de Joseph Jouthe de son poste de Premier ministre en avril dernier, le Président de la République, Jovenel Moïse, l’avait annoncé. En conférence de presse en sa résidence officielle, le mardi 4 mai 2021, l’actuel Chef du Gouvernement, Claude Joseph, l’a confirmé. Plutôt que de s’opposer à tout, les opposants de l’équipe au pouvoir feraient mieux de le « prendre au mot ». Comme le suggère la communauté internationale, les protagonistes se doivent d’établir une passerelle de communication par la signature d’un « accord inclusif »pour sortir le pays de la crise multidimensionnelle. Mil
Deux mois pour prendre la « bonne décision »

Deux mois pour prendre la « bonne décision »

Éditorial
De grands événements se sont produits dans le monde un « 27 avril ». Il y a 173 ans, soit en 1848, la France abolissait l’esclavage, en adoptant une loi interdisant le commerce et la traite négrière. A cette date, 27 avril, l’Afrique célèbre le Freedom Day, jour rappelant les élections libres de 1994, les premières après l’apartheid. La liste des hauts faits historiques qui marquent cette date est longue comme le bras... Chez nous en Haïti, à s’y méprendre, le « 27 avril » ne rappelle aucun événement historique majeur. Mais, aujourd’hui même nous devons inscrire dans notre conscience collective que deux mois nous séparent de la tenue du référendum constitutionnel prévu le 27 juin 2021. Autant dire que nous disposons d’assez de temps pour réfléchir et prendre
Et si l’on disait tous « oui » au référendum constitutionnel ?

Et si l’on disait tous « oui » au référendum constitutionnel ?

Actualités, Éditorial
Par simple égoïsme ou par esprit de polémique, des voix s’élèvent pour rejeter catégoriquement le référendum constitutionnel prévu le 27 juin 2021, en vue du changement de la Constitution de 1987. Au sein même du parti sous la bannière de laquelle Jovenel Moïse a été élu Président de la République, une profonde dissonance résonne. Sans grands efforts d’analyse, le commun des mortels peut comprendre que ceux qui refusent d’entrer définitivement dans la modernité, par la révision en profondeur d’une Charte obsolète et rétrograde, n’ont qu’une seule aspiration : maintenir le statu quo. En effet, la machine de dénigrement mise en branle contre l’Avant-projet de la nouvelle Constitution participe d’une politique obscurantiste appliquée depuis plusieurs décennies par des hommes
Joseph Mécène Jean-Louis, « voix discordante » de l’opposition

Joseph Mécène Jean-Louis, « voix discordante » de l’opposition

Actualités, Éditorial
En théorie comme en pratique, dans les gestes comme dans les faits, un seul mot résume l’opposition politique haïtienne : RADICALISATION. Ce terme trouve non seulement en l’opposant son incarnation la plus parfaite, il démontre également que les mots-fondateurs : Dialogue, Consensus, ne figurent pas dans le lexique politique des fossoyeurs du pouvoir en place. En tout et pour tout, c’est une opposition intransigeante, sclérosée, obscurantiste et rétrograde qui avait toujours voulu et veut encore « le beurre et l’argent du beurre ». Tout ou rien, voilà son principe ! Ce dimanche 28 mars 2021, un élément semble avoir détraqué l’univers radical parfaitement construit par l’opposition. En effet, dans la symphonie macabre et machiavélique jouée par les farou
Cessez vos hypocrisies, Haïti n’est pas un État souverain !

Cessez vos hypocrisies, Haïti n’est pas un État souverain !

Actualités, Éditorial
Par fausse arrogance ou par un quelconque vice de l’esprit, certains Haïtiens, en pleine discussion prétendument démocratique, déclarent très souvent, à qui veut l’entendre, qu’Haïti est un pays souverain. Facile à dire, mais difficile à prouver ! L’un des traits caractéristiques de ces nationalistes à bon marché, toujours prêts à prêcher l’évangile de la Souveraineté sans pouvoir pour autant le pratiquer, c’est de se croire plus Dessalinistes que l’Empereur Jacques 1er lui-même. Souveraineté ! Ils disent cela de la bouche, mais le cœur n’y touche ! En fait, tels que les mots « Liberté ! Egalité ! Fraternité » dignement et fièrement inscrits dans l’Acte de l’Indépendance du 1er janvier 1804, notre souveraineté de peuple n’est ancrée ni dans notre tête, ni
Mieux canaliser nos énergies pour mieux réussir ensemble

Mieux canaliser nos énergies pour mieux réussir ensemble

Actualités, Éditorial
Dimanche 28 février 2021. Plusieurs milliers de citoyens sont descendus dans les rues de Port-au-Prince pour dire NON à ce qu’ils appellent « la dictature ». C’est légitime ! D’ailleurs, la Constitution de 1987 en son article 31 garantit la liberté d’association et de réunion sans armes à des fins politiques, économiques, sociales, culturelles ou à toutes autres fins pacifiques. Les mauvaises langues disent que la grande majorité des participants à cette « grande marche » ont été monnayés et que de grands débours ont été consentis par des « tenants du système » qui veulent à tout prix chambarder le pouvoir en place. Qu’importe ! Parvenir à motiver autant de citoyens, quels que soient les moyens utilisés, c’est la preuve par mille que la s