lundi, août 2L'information d'un bout à l'autre

Éditorial

7 février 2021 : Et si l’opposition privilégiait pour une fois « l’arme du dialogue » ?

7 février 2021 : Et si l’opposition privilégiait pour une fois « l’arme du dialogue » ?

Éditorial
Sit-in. Manifestations. Grèves. Pays lock… Les armes utilisées par l’opposition du 7 février 2017 à date, pour tenter de chambarder le pouvoir en place, ont été évidemment destructrices, mais certainement inefficaces pour mettre K.-O. le président de la République, Jovenel Moïse, qui semble passé Maître dans l’art de résister aux ‘’forces du mal’’. En parole comme en action, les opposants au régime PHTK semblent avoir fait de la vieille plaisanterie de carabin (opération réussie, patient décédé) leur seul et unique credo politique. Ainsi se résume la lutte politique actuelle : quelques-uns (les fossoyeurs du pouvoir) contre quelqu’un (Jovenel Moïse) aux dépens de tous (le peuple). Dans l’imaginaire politique de pas mal de politiciens haïtiens, la prise du pouvoir per fas et nefas préc
L’épidémie qui tue en Haïti

L’épidémie qui tue en Haïti

Éditorial
Il y a quinze jours, des pays de l’Europe du Nord et certains États américains se sont replongés dans ce qu’on appelle désormais dans le langage courant « un reconfinement ». Ne pouvant résister à l’assaut de la pandémie du coronavirus, ces pays ont dû prendre des mesures drastiques afin d’éviter sur leur surface territoriale de nouvelles hécatombes. En France, où même les bibliothèques et les librairies ont dû fermer leurs portes, sortir se promener constitue une infraction non moins importante. La peine prévue en cas de dérogation aux règles régissant le confinement va jusqu’à 15 mille euros d’amende et un an de prison. Plus près de nous, à New-York, le maire de cette ville a annoncé en début de novembre la fermeture des établissements scolaires, entre autre
Les dessous du silence d’État…

Les dessous du silence d’État…

Éditorial, Politique
"L'arbre qui tombe fait plus de bruit que l'arbre qui grandit". À son ascension à la tête du ministère de la justice, on croyait que Lucmane Dellile allait tout faire pour pallier le problème d'insécurité sur toutes ses formes. Grand diseur, l'ancien commissaire du gouvernement se montrait de la taille de la tâche qui lui aurait été incombée. Dès son accession à la tête du MJSP, maître Lucmane menace, fait des agitations et crée des remours dans l'opinion. Alors qu'il était vu comme l'antidote au mal d'insécurité et à la montée du banditisme dans le pays, le ministre, vraisemblablement, allait casser le bec contre le roc solide du gangsterisme d'État. Meurtres crapuleux, exécutions au vu et au su de tous, destruction de biens publics et/ou privés, violations de droits humain
Haïti: le prix du quotidien impénitent

Haïti: le prix du quotidien impénitent

Éditorial
PHOTO DIEU NALIO CHERY, ASSOCIATED PRESS Assassinats, viols, décimations sommaires, vols et faim font le calvaire impénitent du vécu des haïtiens au quotidien. Pas un jour ne passe sans qu'on ne reçoive pas de nouvelles bouleversantes. Tires sporadiques, paix voilée au dessous fragile, chaque nouvelle journée qui s'écoule sans une inédite nouvelle de crimes survenus est un miracle. En plus d'être victimes d'un État irresponsable, les haïtiens vivotent dans un cycle d'espérance courte à la naissance. À chaque jour suffit sa peine et le bon Dieu devient la poire à nos attentes. Plus que la nourriture et les ratios sèches, l'État priorise la course aux armements en fédérant les bandes armées pour des suites électorales macabres. Les droits bafoués et les devoirs loupés, tous se
LE TEMPS PRÉSIDENTIEL EN HAÏTI

LE TEMPS PRÉSIDENTIEL EN HAÏTI

Éditorial
En Haïti, depuis quelques semaines, le débat sur le début et la fin du mandat du président Jovenel Moise fait rage dans l'opinion publique. Invité par ses étudiants en sciences juridiques à se prononcer sur le sujet, le juriste chevronné Me Sonet Saint-Louis apporte ici un éclairage sur ce sujet houleux, à la lumière de la Constitution de 1987 amendée._ L'article 134-2 qui provoque le débat sur le début et la fin du mandat présidentiel en Haïti se lit comme suit : « L'élection présidentielle a lieu le dernier dimanche d'octobre de la cinquième année du mandat présidentiel ». Ce qui signifie que le Président élu entre en fonction le 7 février suivant la date de son élection. Au cas où le scrutin ne peut avoir lieu avant le 7 février, le Président élu prend fonction immédiatement apr
Adresse à la Jeunesse d’haïti

Adresse à la Jeunesse d’haïti

Éditorial
Vous avez déjà sans aucun doute lu une phrase ou une pensée qui promouvait l'idée que l'éducation ne peut à elle seule changer le monde mais qu'elle a le pouvoir de changer les hommes qui peuvent changer le monde. Sans faire allusion aux grandes figures du passé qui ont profondément marqué l'histoire de l'humanité, prenons en exemple juste deux personnages de mon époque dont, malgré votre jeune âge , vous en avez obligatoirement entendu parler, il s’agit de Fidel Castro qui a radicalement changé le cours de l'histoire à Cuba et Nelson Mandela qui a démantelé le système de l'apartheid qui symbolisait l'exploitation et la déshumanisation d'une majorité par une minorité et redonné à tout un peuple, blancs, noirs, métis, la liberté et l'égalité dont la majorité était privée en Afrique du
En pleine confusion

En pleine confusion

Éditorial
Président, En tant que citoyen Haïtien, je me vois contraint de remettre en question presque chaque thème que vous avez daigné aborder hier dans votre adresse à la nation. Vous avez décidé de manière délibérée d'induire tout le monde dans la confusion la plus totale. Après vous avoir entendu pendant plus d'une heure, l'espoir de lendemains meilleurs n'a pas surgi dans le conscient de l'âme haïtienne car à aucun moment la volonté et la conviction n’ont pu être lues sur votre visage. Trois ans de gouvernance marqués par des initiatives qui ont toutes échouées parce qu'elles ont toujours été pondues dans l'improvisation, des  millions engloutis dans la composition de commissions qui n'ont jamais accouché d'oeuvre qui vaille. Il paraît que votre mandat consiste seulement à passer cinq
EDITORIAL

EDITORIAL

Éditorial
En guise de présentation.   Je m'appelle La diaspora et j'ai été créé  pour continuer le travail ô combien utile que réalise la Presse dans notre communauté. A ce titre la barre les défis à relever est très haute et les moyens pour parvenir à la franchir sont une réelle gageure. J'ai pour mission d'inoculer  à l'homme haïtien d'aujourd'hui la ferveur de ravoir toutes les valeurs dont il était détenteur avant 1804, valeurs qui ont commencé à s'effriter après le parricide du 17 octobre 1806. En effet la disparition  violente de Dessalines et les luttes pour la succession qui ont vu le jour en la circonstance ont plongé le peuple fraîchement libéré des fers de la servitude dans la confusion et l'hébétude ne sachant réellement à quel saint se vouer. La politique débon